Mental’O : votre réseau de conseillers en Orientation Scolaire & Professionnelle

Au secours, mon enfant passe le bac !

retour

L’année de Terminale est un véritable tourbillon pour nos rejetons et une année ô combien oppressante pour nous, leurs parents.

Alors que vous enviez peut-être vos voisins dont le fils de 17 ans sait depuis plusieurs années déjà qu’il veut devenir architecte, kiné ou travailler dans l’hôtellerie, vous déplorez peut-être que votre fiston en soit encore à hésiter entre 3 voies complètement opposées. Et en plus il s’apprête à passer un bac qui n’existera même plus dans 2 ans ! La déprime n’est pas loin !

Alors que votre petit chéri, se ferme comme une huître et vous répond un laconique « t’inquiète je gère » à chacune de vos tentatives de discussion sur son post-bac, les appréciations du bulletin du 1er trimestre vous chuchotent plutôt « tu vas te planter mon petit chéri ».

Vous avez l’impression qu’il ne gère pas grand-chose ? Une petite boule dans la gorge peut-être ?

Oublions les réflexions du type « tu sais, à mon époque », qui ont le don d’hérisser la jeunesse. Stop : les cursus, les passerelles ont terriblement évolué. C’est une très bonne nouvelle : il y a beaucoup plus de fluidité d’une voie à l’autre et nos enfants peuvent beaucoup plus facilement se réorienter, se réinventer. Et cela fait même partie de leur construction ! Mais bon, autant trouver sa voie directement, quand même !

C’est vrai que vous lui avez proposé de se rendre à un tas de salons proposés ici ou là sur le design, les grandes écoles, les BTS… Mais il avait justement une activité de la plus haute importance à ce moment : jouer à Fortnite, des amis à voir…

Comment ne pas se sentir perdu dans cette nébuleuse où les offres sont pléthoriques : fac ou école, études longues ou courtes, prépa ou post bac, en initial ou alternance, stratégie Parcoursup ou hors Parcoursup ???

Bon, ok la plateforme Parcoursup vient tout juste d'être mise en ligne et la saisie des vœux va s'étaler du 22 janvier au 14 mars, 2 mois intenses en perspective ! C’est donc le moment d’affiner en rencontrant les écoles, en vivant une immersion de quelques heures dans une école, de discuter avec des étudiants, de consulter un coach en orientation…

Ne mettons pas la charrue avant les bœufs : Pour que votre enfant soit heureux dans sa vie professionnelle, il faut mener une réflexion en 3 temps :

1-Dans quelle(s) voie(s) se projette-t-il ? Par quel secteur se sent-il attiré ? Quel type de métier, de responsabilités ? Quelle représentation se fait-il de cette (s) voie (s) ?

2-Le mode de fonctionnement de votre enfant est-il compatible avec son projet ? Quelles formes d’intelligence a-t-il développées ? Celles qui sont plutôt évaluées dans le système scolaire comme les compétences verbales et logiques, des compétences interpersonnelles, ces fameuses « soft skills » si recherchées par les entreprises ou d’autres compétences intrapersonnelles, kinesthésiques, spatiales, musicales ou encore naturalistes (1) ?

3-Qu’est ce qui lui donnera envie de se lever le matin ? Est-il attiré pas le dépassement de soi, sa carrière, l’ambiance, son engagement, son épanouissement, la sécurité… ?

La réponse à ces questions est fondamentale avant de poser des choix d’orientation qui ne sont finalement que des moyens pour réaliser son projet professionnel. Quelles sont les formations qui le prépareront le mieux ?

 Alors à 17-18 ans on n’est pas toujours certain de ses choix. Le ou les stage (s) réalisés ont peut-être aidé à discerner des voies à retenir ou au contraire en a écarté. C’est déjà ça.

 Si votre fiston n’a à ce jour qu’une vague idée de ce qu’il veut faire, et ils sont nombreux encore en Terminale, autant qu’il rejoigne une formation généraliste qui lui permettra de bifurquer par la suite tout en validant un diplôme ou une certification : Bachelor/licence ou Bac +2 de type IUT/BTS. Le post-bac va lui permettre de mûrir ses choix.

 Et puis, il y a encore des formations qui ne sont pas sur Parcoursup, profitons-en car ça ne va pas durer : elles proposent un calendrier différent, des sélections plus rapides. Quel soulagement de savoir dès début 2019 que son rejeton est pris dans un établissement même si ce n’est pas son 1er choix !

Vous avez maintenant les cartes en main pour de merveilleux voeux en 2019 !

(1)    D’après Howard Gardner père du modèle des intelligences multiples

calendrier parcoursup 2019